Compte rendu du café rencontre du samedi 30 octobre 2010
Article mis en ligne le 5 novembre 2010
dernière modification le 24 novembre 2010

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Le café rencontre du samedi 30 octobre 2010 marquant la rentrée 2010-2011 de CPCM s’est tenu dans les meilleures conditions. Ci-après l’agenda de la rencontre :

JPEG - 25.9 ko
Vue partielle des participants

1) Informations : la conférence de presse, la répression de la marche du mardi 12 octobre 2010, la création du Front pour la Défense de la Démocratie (FDD), Albert Gandonou à l’émission « Questions actuelles » de Radio CAPP FM, le Front pour la Défense de la Démocratie (FDD) en congrès le vendredi 22 octobre 2010, au palais des sports de Kouhounou à Cotonou,...

2) Discussion sur la ligne choisie par CPCM : préserver la paix sociale envers et contre tout.

3) Le message du Père Gustave Sanvee

4) Les tâches à nous définir

5) L’intervention de Maurice Anagonou

JPEG - 23 ko
Vue partielle de la salle

Nous étions vingt-trois personnes en tout, dont six journalistes de la presse écrite.

I. Les informations.

Ce premier point était surtout à l’intention des participants qui n’ont pas la possibilité d’aller sur l’Internet. Des pages du site de CPCM ont été imprimées et mises à leur disposition. Echo a été fait aussi aux messages reçus par texto, téléphone et email, de nos amis qui sont au loin ou qui simplement n’ont pas pu venir à la rencontre.

JPEG - 24.5 ko
Les participants au café rencontre, vue partielle

II. La ligne choisie par CPCM

Dans la situation que traverse actuellement le Bénin, CPCM a choisi depuis un an de s’engager pour que prévale une paix digne de ce nom, une paix dont le passage obligé est la vérité, la justice, la repentance, la réparation des torts, et la miséricorde. CPCM s’engage pour une paix qui permette de sortir par le haut de la crise actuelle en donnant lieu à un départ sur de nouvelles bases où « tous ceux qui acceptent de placer l’intérêt de notre pays au-dessus de leurs petits calculs égoïstes » se mettent ensemble pour combattre « la fraude électorale, la prédation des biens publics, le mépris du peuple et des pauvres de chez nous, le mépris des patriotes ».

JPEG - 27.6 ko
Les participants au café rencontre, vue partielle

C’est sur la base de cette position que CPCM s’est montré réservé envers le Front pour la Défense de la Démocratie (FDD), créé à la Bourse du Travail à Cotonou le mercredi 13 octobre 2010. Dans le message envoyé aux amis de CPCM, le dimanche 24 octobre 2010, il a été clairement écrit : « Le FDD s’est réalisé dans la précipitation, en une espèce de réaction primaire, spontanée. Il n’y a pas eu de place pour la critique et pour l’autocritique, ni donc pour la repentance. Ce n’est pas certain que ceux qui se sont mis ensemble se soient réellement fait miséricorde. Tout indique qu’on s’est dépêché de se mettre ensemble par calculs politiciens et opportunistes en vue de la conquête du pouvoir. A notre avis, ce qui urge aujourd’hui, c’est de « refonder la république », c’est de s’asseoir pour faire un bon diagnostic de ce qui mine le pays, et repartir ensemble sur de nouvelles bases ». Et à l’émission « Questions actuelles » sur radio CAPP FM, la même position a été clairement exprimée le vendredi 15 octobre.

JPEG - 21.4 ko
Au fond, en vert, Moïse Chabi intervenant

Chacun des participants, y compris les journalistes présents, a donné son point de vue sur ce choix de CPCM. Il n’a pas manqué de voix pour nous dire que le front s’est créé pour résister à l’oppression exercé par le pouvoir en place et que personne n’écoutera l’appel à la repentance de CPCM. Par ailleurs, ont poursuivi ces voix, la création du Front pour la Défense de la Démocratie (FDD), avec en son sein le Parti Communiste du Bénin (PCB) et les grandes centrales syndicales, a modifié le rapport des forces dans le champ politique dans notre pays : la preuve, le pouvoir s’est empressé, à la faveur d’une médiation qu’il a orchestrée entre les centrales syndicales et lui-même, de lever la mesure décriée d’interdiction des marches. Et il est évident que certaines attaques qui fusent actuellement de toutes parts contre le FDD font le jeu du pouvoir, de même que certains appels hypocrites à la paix. CPCM, ont conclu ces voix, doit veiller à la qualité de sa communication pour se distinguer de ces attaques-là et de ces appels hypocrites à la paix.

III. Le message du Père Gustave Sanvee de Lomé (Togo).

JPEG - 20.9 ko
Lambert Adanhounmè lisant le message du Père Gustave Sanvee

« Salut Paix et Joie

Le Père Gustave SANVEE, depuis Lomé porte le CPCM et son combat, je veux dire sa réflexion, en prière. Votre démarche d’unir ou de rejoindre tous ceux qui, de tout bord, veulent l’intérêt du pays est ce qu’il y a de plus noble et de plus vrai. Il vous faudra beaucoup de courage et de fermeté, détermination et de lucidité, c’est le prix à payer pour la fidélité à ses idéaux et principes, j’ajoute le qualificatif POSSIBLES. Sachez
tout de même que vous serez marginalisés parce que les calculs et les intérêts du pouvoir sont plus attrayants. Prions pour que le Seigneur touche le cœur de tous les acteurs politiques et des décideurs afin qu’ils fassent des choix responsables et désintéressés en faveur du peuple.

Union de prière.

P Gustave »

Ce message a grandement aidé à faire comprendre aux uns et aux autres que la voie choisie par CPCM est à bon escient et que nous savons qu’elle ne sera pas de tout repos. Personne ne semble s’intéresser à notre appel tant du côté du pouvoir que de celui du FDD. Mais nous devons y tenir non seulement pour éviter l’affrontement des deux camps en présence mais surtout pour que cette crise soit pour le pays l’occasion d’un bond qualitatif en avant. A nous de croire que ce que nous voulons est possible et d’y travailler avec persévérance et détermination, en nous disant que l’Esprit de Jésus nous accompagne dans ce combat.

IV. Les tâches à nous définir

Nous devons garder confiance en nous-mêmes et aller dans toutes les directions prêcher la Bonne Nouvelle de la vraie paix. Celle-ci n’a rien à voir avec la paix sans justice, sans souci pour les pauvres, sans changement de cap, avec la « la paix des marécages » naguère tant décriée par Mgr Helder Camara. Ceux qui ont des amis dans le gouvernement doivent avoir le courage de leur parler de la réalité de la crise sociopolitique actuelle et des graves dangers qu’elle fait courir à notre pays. Ceux qui ont des amis dans le Front pour la Défense de la Démocratie doivent faire de même. Sur cette base, nous devons proposer aux uns et aux autres la solution que nous préconisons depuis notre conférence de presse du 9 octobre 2010 : une paix digne de ce nom. « Le développement est le nouveau nom de la paix », a dit le pape Paul VI. Nous pouvons dire, pour le paraphraser, qu’aujourd’hui au Bénin, la repentance et la réparation des torts sont le nouveau nom de la paix ! Le cas particulier de l’insurrection : elle ne se décrète pas, cependant les circonstances de ras-le-bol grandissant peuvent la faire intervenir à tout moment. Nous devons avoir à cœur de la prévenir par un dialogue hardi pour le triomphe de la vérité, de la justice et de la miséricorde… avant qu’il ne soit trop tard !

V. L’intervention de Maurice Anagonou

JPEG - 21.1 ko
Maurice Anogonou pendant son intervention

Formateur en personnalité et relations humaines (PRH), M. Maurice Anagonou a proposé fort à propos aux participants de riches réflexions sur les phénomènes humains de la vie en groupe : comment éviter de se laisser entraîner dans des engrenages ? Si les tensions ne sont pas toujours évitables, comment se comporter pour éviter les conflits ?

VI. Un prolongement inattendu

Le mercredi 3 novembre 2010, le PCB publie une déclaration « à propos de la paix et des discours sur la paix ». Le texte est en pièce jointe. Cette déclaration mérite attention. Elle peut aussi éclairer ceux qui sont loin du Bénin sur le climat qui y prévaut actuellement. Ce texte mérite que nous lui consacrions notre prochaine rencontre. Pour l’heure nous allons nous abstenir de tout commentaire afin de prendre le temps de la réflexion. Cette réflexion, nous souhaiterions la mener en communion avec tous nos amis qui auront ainsi le temps de nous envoyer leurs réactions.

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • A_propos_de_la_paix_et_des_discours_sur_la_paix_.doc
  • 36 ko / Word
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15