Manifestations du 10e anniversaire de CPCM (suite et fin) : 5e manifestation
Article mis en ligne le 5 novembre 2009
dernière modification le 6 novembre 2009

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Thème général des manifestations du 10e anniversaire : "Proposer la bonne nouvelle de la scandaleuse miséricorde du Dieu de Jésus, dans le respect des peuples et de leurs religions".

Cinquième et dernière manifestation : Colloque international à Cotonou

V- Le 24 février 2007 à Cotonou (BENIN) : Colloque international, à l’INFOSEC sur le thème : "Le Dieu de Jésus est le Dieu des exclus".

Cette dernière manifestation a été présidée par M. Issa BADAROU, Conseiller du Chef de l’Etat béninois à l’équipement et aux transports, mais surtout grand ami du mouvement.

JPEG - 24.9 ko
Ouverture du colloque : à la tribune, de g. à dr., Albert Gandonou et le parrain de la manifestation, M. Issa Badarou. Au bout, à dr., "l’Arche d’alliance entre Africains et Européens", un bois de Guy Leurquin.

L’essentiel des travaux a porté sur le parti pris du Dieu de Jésus pour les exclus.

1) Le fait a été établi dans la Bible avec l’Exode : le paradigme suprême de la Bible, selon Martin Luther King ; le Magnificat : « Il renvoie les puissants de leur trône, Il élève les humbles ; Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides…) ; Noël, la naissance de Jésus parmi les pauvres ; la tentation de Jésus au désert : l’occasion pour lui de renouveler son engagement aux côtés des exclus ; le Sermon sur la montagne ; la prédilection scandaleuse de Jésus pour les exclus de son temps : les samaritains, la femme adultère ou prostituée, l’aveugle né, les malades, les pauvres, les percepteurs de taxes,… « L’Evangile le montre par une transgression qu’on ne remarque peut-être pas assez. Le Christ fait ce qui est inadmissible, qui va contre toutes les évidences de l’empire, de la sagesse, du pouvoir et du savoir, du raisonnable, du bien-pensant. Les pharisiens le lui font sentir. Il va vers l’en-bas. Il va vers les pécheurs, les possédés, les pauvres, les exclus, et il ne fait pas le tri. Il prend tout, tous ceux qui sont le déchet de l’humanité [1] . »

JPEG - 15.7 ko
Intervention de Martine Roger-Machart

2) Le point a été fait des situations d’exclusion qui prévalent au Bénin :

- exclusion linguistique : le français, seule langue officielle, permet que l’immense majorité de la population soit tenue à l’écart de toute information scientifique et culturelle moderne ;

- exclusion sociale : les jeunes, les paysans, les ouvriers, les femmes rurales pourtant si dynamiques sont laissés pour compte et se débrouillent comme ils peuvent dans l’informel ;

- exclusion économique : une minorité de corrompus au pouvoir a fait main basse sur les ressources économiques du pays ;

JPEG - 17.1 ko
L’Arche d’alliance, un bois de Guy Leurquin

- exclusion politique : les membres du Parti communiste du Bénin sont exclus des autres partis politiques du fait qu’ils disent la vérité sur le système politique en place et combattent avec détermination les prédateurs des richesses nationales ; aux élections, ils sont systématiquement éliminés de la course par l’achat massif des consciences, par la fraude électorale et par la répression qu’accompagnent toutes sortes de brimades ; un système inique et verrouillé donc, qui, sans en avoir l’air, laisse le champ libre à la révolte et à la révolution ;

- exclusion religieuse : les fidèles de la religion chrétienne, religion de l’ancien colonisateur et de l’essentiel de la classe politique, méprisent et diabolisent les adeptes des religions traditionnelles.

JPEG - 15 ko
Intervention d’Edith Delos, présidente de l’association des amis de Jean Sulivan

3) L’appel que Jésus adresse à chacun de nous, c’est d’être miséricordieux comme lui-même et son Père. « Mais il y a un écart terrible entre cette volonté de Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés, et ce que nous en faisons [2] . » Nous devons essayer de nous montrer compatissants pour les pauvres, les exploités, les opprimés, les exclus de toutes sortes. Nous devons apprendre à nous montrer infiniment (soixante-dix-sept fois sept fois) capables de pardon ou, quand nous sommes les plus forts, capables de tendre l’autre joue. Jésus nous appelle au partage : ceux qui ont la connaissance doivent la partager avec ceux qui n’en ont pas ; ceux qui ont des biens doivent entendre l’appel que Jésus a adressé au jeune homme riche pour que nous contribuions à l’émergence d’un monde solidaire ; ceux qui ont le pouvoir doivent se mettre effectivement au service des autres et ne pas se contenter seulement de se faire appeler « ministres » ou pis « servus servorum Dei », serviteur des serviteurs de Dieu. A nous qui nous disons ses disciples en Afrique, Jésus nous enseigne tous les jours que l’essentiel ce n’est pas de dire : « Seigneur, Seigneur ! » à longueur de journée, mais de sortir de soi, d’aller manifester la miséricorde de Jésus à tous les hommes sans exception, de respecter la dignité éminente de chaque homme.

JPEG - 22.7 ko
Guy Leurquin présentant la symbolique de son bois dénommé "l’Arche d’alliance"

La foi chrétienne, comme a dit ce jour-là Guy Leurquin, est d’abord la foi de Jésus.

Notes :

[1Belltet (Maurice), "Demain, quelle Eglise", in Gérard Testard (sous la direction), Aimer l’Eglise Aimer le monde, Paris, Le Cerf, 2005, p.205.

[2Ibidem, p. 210.

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15