Compte rendu du café-rencontre du vendredi 24 novembre 2017
Article mis en ligne le 5 décembre 2017

par L’administrateur
Imprimer logo imprimer

Le deuxième café-rencontre de la présente année académique a bien eu lieu ce vendredi 24 novembre 2017, avec pour ordre du jour les points ci-après :
1) Lecture du compte rendu de la réunion du mois d’octobre 2017
2) Exposé liminaire de Rolland Adéchina OYÉDÉLÉ sur la notion de religion
3) Libre débat
4) Divers

JPEG - 196.7 ko

L’exposé liminaire de Rolland Adéchina OYEDELE est un fichier PDF attaché au présent compte rendu.

L’exposé et le débat qui l’a suivi ont permis aux participants de se pencher sur le phénomène religieux. À cette occasion, plusieurs questions ont été soulevées et quelques essais de réponses avancés.

D’où vient la religion ? Elle vient de l’origine de l’humanité qui est en une seule espèce, et donc de l’Afrique il y a cent mille ans, bien avant que les hommes n’aillent peupler le reste de la planète. C’est ce qui explique que d’une religion à l’autre on retrouve souvent les mêmes caractéristiques : sacrifices, sacrificateurs, objets sacrés, lieux sacrés, jours sacrés, etc.

JPEG - 155.8 ko

Quelle est la raison d’être de la religion ? Depuis toujours la religion provient de notre besoin d’avoir une explication face aux mystères de la vie et de l’univers. Sur ce terrain, la religion est de plus en plus concurrencée pas la science qui fournit des explications qui paraissent plus fiables, plus solides, plus objectives.

Mais l’explication du monde est-elle la seule raison d’être de la religion ? Depuis toujours la religion provient surtout de notre besoin de miracles et de salut face à nos peurs, à nos angoisses, à nos limites, à nos impuissances. A ce niveau, elle reste imbattable et toujours attractive pour des millions de gens sur notre terre.

Choisit-on vraiment sa religion ? Oui, mais pas toujours. Il suffit de naître dans une famille, dans une communauté, pour appartenir à telle ou telle religion. En quête de son salut, il arrive, dans le cadre du polythéisme, qu’on adopte sans problème les dieux et les religions des autres. Les rois d’Abomey sont allés chercher, au 17e siècle, l’art divinatoire du Fa à Ilé Ifè au Nigeria ; au début du 20e siècle la religion « Tron » a été importée au Bénin à partir du Ghana.

JPEG - 179.1 ko

Quel est le critère du choix ? Ce n’est pas, contrairement à ce que l’on croit souvent, la vraie religion que l’on cherche mais une religion susceptible de nous guérir, de nous sauver. On va parfois vers la première religion qu’on trouve sur son chemin, dans ses pérégrinations, ou on choisit tout simplement la religion d’un envahisseur ou d’un peuple qu’on a vaincu. Le critère n’est donc pas la vérité. Il n’y a d’ailleurs pas de religion plus vraie que d’autres, il y a des religions comme il y a des langues. Et la diversité est leur marque de fabrique. Les religions dites monothéistes ont beau faire, chacun se donne son Dieu, qui est l’absolu pour lui. L’idée qu’il y aurait une vraie religion, un vrai Dieu, qu’on devrait imposer aux autres, par la force s’il le faut, est d’apparition récente dans l’histoire de l’humanité (christianisme, islam, etc.) et cause d’inutiles massacres jusqu’à nos jours !

JPEG - 167.1 ko

Au demeurant, nos appartenances sont multiples. Comme l’a dit, le 19 novembre 2017, Maurizio Bettini (auteur de l’ouvrage Contre les racines, publié chez Flammarion), sur RFI, dans l’émission Idées, la métaphore qui convient pour définir notre identité n’est pas celle de racines (qui seraient figées, immuables, toujours identiques) mais de fleuve (qui bouge, s’enrichit sans cesse de divers apports). On peut réécouter cette émission en ligne à l’adresse suivante : http://www.rfi.fr/emission/20171119-bettini-maurizio-professeur-philologie-racines-flammarion Nous sommes constitués de différentes strates. Tel, de l’ethnie et de coutume xwéla, est chrétien mais aussi communiste et membre de l’association des gens de lettres français, tel autre est musulman, soufi, yoruba, membre de l’ordre des architectes, avec des parents chrétiens ou adeptes du Vodun. Nous devons reconnaître les multiples appartenances qui ensemble forment notre identité, et éviter de nous fonder sur une seule pour aller à l’exclusion de notre prochain. Au contraire, nous devons apprendre à nous comprendre et à nous accepter les uns les autres avec nos différences. Tel est musulman du fait de sa naissance et de son éducation, il est semblable à nous qui pour les mêmes raisons sommes chrétiens ou adeptes du culte Vodun.

La vitalité du phénomène religieux dans le monde nous a aussi interpellés. Nous avons apprécié la vitalité du phénomène religieux, notamment en Afrique, et évoqué le foisonnement des Églises africaines : le Kimbanguisme en RDC, le Fa church (fondée au Nigeria), l’Eglise du christianisme céleste (créée en 1947 au Bénin), « la très sainte Église de Jésus-Christ Mission de Banamè » (créée au tout début des années 2010 au Bénin et qui revendique déjà deux millions de fidèles). Dans les années 1980, une nouvelle Église inspirée du protestantisme est apparue au Congo Brazzaville et promet la guérison à ses fidèles s’ils boivent avec foi une bouteille de bière : on parle de « bièramicine », la guérison par la bière et la foi.

Pourquoi respecter les croyances religieuses dans leur diversité ? Cela n’a rien de facile, mais nous devons apprendre à regarder toutes les religions que se donnent les hommes avec beaucoup de respect. Nul d’entre nous n’est à l’abri de la fragilité humaine. Et certaines religions ont commencé toutes petites et sont devenues grandes, très grandes, universelles : ex. le christianisme, pluriel dès l’origine et qui était un schisme, une secte du judaïsme. D’autres sont devenues grandes, très grandes et ont disparu ou sont devenues mineures : ex. la religion des anciens Égyptiens, le mithraïsme, la religion des Incas. La religion est souvent pour l’homme un cadre d’autodépassement : pour son Dieu, on va parfois jusqu’au sacrifice de soi, on bâtit des pyramides, des cathédrales, on se dépouille de ses biens ; les « kamikazes » se donnent la mort. Partout sur la planète et de tout temps, les religions sont un facteur de développement culturel, touristique et même économique : les pèlerinages, la vente d’objets sacrés, le commerce de divers objets du culte, etc. « La très sainte Église de Jésus-Christ Mission de Banamè » pourrait être, dans dix ou vingt ans, un haut lieu de pèlerinage pour des croyants venant du monde entier et donner lieu à une incroyable circulation de devises et de richesses.

JPEG - 153 ko

Y aurait-il un bon usage de la religion ? Il faut rappeler que notre Seigneur et Maître Jésus nous a enseigné les modalités d’un bon usage de la religion :
1) Développer la confiance en nous-mêmes : « Ta foi t’a sauvé », a-t-il répété maintes fois à des gens qui avaient de bonnes raisons de penser que leur guérison lui était due à lui, Jésus.
2) Jésus a chassé les vendeurs du temple, ceux qui font de la maison de Dieu « une caverne de voleurs » (Lc 19, v. 45). À plusieurs reprises, dans l’Évangile, il nous met en garde contre les intermédiaires, ceux qui veulent s’interposer entre nous et Dieu, l’Invisible, qu’il nous demande de considérer comme notre Père, un Père de toute bonté.
3) Pour prier, Jésus se retirait. Il nous recommande de faire de même. Dieu est partout et, surtout, il habite en chacun de nous qui, de ce fait, est un temple vivant de Dieu. Dieu est Esprit et recherche des « adorateurs en esprit et en vérité ».

En divers, une motion de soutien à Laurent Mètognon a été proposée et adoptée. Elle est disponible sur le site de CPCM à l’adresse suivante : http://cpcm-benin.org/spip.php?article175&lang=fr Pour finir, une lecture des messages reçus a été faite. Un nouvel ami de CPCM a décidé de supporter les frais du site internet de l’association pour le compte de l’année académique 2017-2018. Un autre, vieil ami celui-là, a annoncé qu’il fait examiner, par l’organisme international qu’il dirige, la possibilité d’octroyer un appui structurel à CPCM.

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • expose_liminaire_de_rolland_adechina_oyedele.pdf
  • 37.6 ko / PDF
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.15